Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 21 Août 2018, 08h44

En séance de dédicace à Orléans ce mardi, l’ancien chef d’État ne fait pas grand mystère de son envie de poursuivre la politique.

« Il a signé pendant sept heures à Rennes vendredi dernier, et comme il prend en moyenne trois minutes pour chacun, vous imaginez à quelle heure ça va finir à Orléans ce soir… »

TÊTE DE GONDOLE - Entre Guillaume Musso et Joël Dicker : selon son attachée de presse, Les Leçons du pouvoir, le dernier ouvrage de François Hollande édité chez Stock se vend bien. Très bien même. «On avait une première impression à 70.000 exemplaires, et on a refait 30.000 tirages. Il est n°1 des ventes des essais politiques et deuxième toutes catégories confondues, derrière Musso », affirme la jeune femme, sourire aux lèvres qui contemple la longue file d’attente des Orléanais venus, à la Librairie Nouvelle, ce mardi après-midi, faire dédicacer un ouvrage par l’ancien chef d’État. « Il a signé pendant sept heures à Rennes vendredi dernier, et comme il prend en moyenne trois minutes pour chacun, vous imaginez à quelle heure ça va finir à Orléans ce soir… » Selon un décompte approximatif, on pouvait établir autour de 21 heures …

« Cela va trop vite et pas forcément dans la bonne direction »

François Hollande a donc fait halte à Orléans, ce mardi après-midi,  nouvelle étape de cette longue tournée des libraires qu’il a entamée à Tulle le 14 avril dernier et qui doit s’achever en juin. Installé derrière un petit bureau pour dédicacer son ouvrage, l’ancien président de la République, costume bleu sombre et cravate, est affable et disponible : il se lève pour accueillir chaque nouveau lecteur et se relève pour les remercier de leur visite. Et pendant quelques minutes, il s’entretient avec chacun d’entre eux. Il est bien sûr souvent question d’Emmanuel Macron et de l’avenir du socialisme. Les réformes ? « Cela va trop vite et pas forcément dans la bonne direction. On dit et on croit faire du nouveau (sic) mais on fait beaucoup d’ancien », glisse François Hollande à un lecteur qui remercie chacun « d’avoir attendu ». « On voit bien qu’il y a une rupture, surtout dans le domaine fiscal », souligne-t-il devant cette femme qui assure être déçue par la politique menée par son « dauphin ». Sur Aurélie Filippetti, « elle a été une bonne ministre mais elle était fragile, et la politique, c’est dur, on prend des coups. (…) J’aurais préféré qu’elle reste mais elle est partie avec Montebourg », confie l’ex-président à un étudiant qui l’interroge sur la trajectoire politique de son ancienne ministre de la Culture.

 IMG_0803.JPG

« J’espère que le livre te sera utile, lis-le avec facilité, et passe les pages qui t’ennuient »

Dans la longue file d’attente qui traverse la librairie et qui se prolonge même sur le trottoir, beaucoup de jeunes, et particulièrement de jeunes femmes, voire d’adolescentes. Parmi elles, Mairy, 14 ans, collégienne à Orléans. « Tu vas lire le livre, on t’a obligé à venir ou ça t’intéresse  ? Tu veux faire quoi plus tard ? », lui demande, souriant et perplexe, François Hollande qui, au terme d’un dialogue de quelques minutes, conclut l’échange : « J’espère que le livre te sera utile, lis-le avec facilité, et passe les pages qui t’ennuient ». « Je m’intéresse beaucoup à la politique, et je ne suis ni de droite ni de gauche car il y a des bonnes idées partout », confie ensuite l’adolescente. Charlotte, 18 ans, n’a jamais voté elle non plus et, pas plus que Mairy, elle ne pourrait dresser un bilan même sommaire du quinquennat de François Hollande. Et pourtant, elle aussi est là pour faire dédicacer Les Leçons du pouvoir ce mardi après-midi. « C’est quelqu’un qui a de l’expérience. Après, je n’ai pas d’opinion, c’est la rencontre qui m’intéresse ». Certes, au cœur de cette longue procession, quelques sympathisants socialiste attendent sans doute leur tour. Dont Michel, 67 ans, qui est persuadé que le bilan laissé par François Hollande sera revu à la hausse dans les mois à venir. « Je trouve que c’est un homme qui a du courage, qui a traversé les épreuves : les attentats, le Mali, les trahisons, etc. Et je pense que l’éclaircie que l’on vit aujourd’hui n’est pas simplement due à son poulain », argue le sexagénaire.  

IMG_0807.JPG

Et, interrogé régulièrement sur son avenir politique et sur un éventuel retour dans l’arène, François Hollande ne se défile pas. Ou pas complètement. « Ce livre est un acte politique et un premier pas», lâche-t-il, sibyllin.  

Et, à l’évidence, en effet, François Hollande renoue par ce livre un lien avec les Français, et manifestement, à Orléans, avec la jeune génération. À sa manière de prolonger chaque conversation par un commentaire politique et une appréciation personnelle, on sent bien que l’ex-président est en campagne. Et pas seulement pour vendre davantage d’exemplaires d’un livre qui est déjà manifestement un beau succès de librairie.

A. G.