Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 17 Décembre 2017, 20h54

Mercredi, une délégation de présidents de Région, dont François Bonneau, a rencontré le Premier ministre.

La dialogue entre les Régions et le gouvernement avait été rompu à Orléans, fin septembre dernier, à la suite de la suppression d'une dotation de 450 millions d'euros. 

RABIBOCHÉS - Ils s’étaient quittés fâchés, le 28 septembre, à Orléans :  venu clôturer le congrès de l’Association des régions de France, le Premier ministre, Édouard Philippe avait annoncé aux présidents de Région que l’État ne leur accorderait finalement pas la dotation de 450 millions d’euros promise durant l’été pour compenser le transfert des compétences économiques aux Régions. «Il s’agissait d’un fond exceptionnel et par nature l’exception n’a jamais vocation à devenir la règle », avait alors justifié Édouard Philippe. « Ensuite,  je ne veux pas rentrer dans une politique fondée sur des chèques en blanc ou des chèques en bois. Il convient, lorsque l’on s’engage, de ne s’engager que sur ce que l’on peut tenir. Et j’entends bien m’engager à ce que je peux tenir. Je pense que c’est aussi un élément de la confiance », avait-il ajouté.

La réaction des présidents de Région avait été immédiate et sans ambiguïté. Ils décidaient de rompre tout dialogue avec le gouvernement et se retiraient de la Conférence nationale de territoires. Philippe Richert, président de l’Association des Régions de France, annonçait dans la foulée sa démission. 

Le Premier ministre a confirmé qu’il était prêt à travailler avec les Régions pour évaluer leur « trou d’air » financier

Depuis, le climat s’est quelque peu apaisé à l’initiative, notamment, du nouveau président de l’Associations des Régions de France, Hervé Morin, élu à ce poste le 22 novembre dernier. 

Capture d’écran 2017-12-01 à 11.13.43.png

Mercredi, une délégation de présidents de Région conduite par Hervé Morin, et à laquelle a pris part François Bonneau, président socialiste de la région Centre-Val de Loire, a été reçue par le Premier ministre Edouard Philippe pour échanger sur les conditions d’un retour de la confiance entre l’État et les Régions. À 15 jours de la deuxième réunion de la Conférence nationale des territoires, les présidents ont demandé qu’un effort soit fait dès 2018 au sujet de cette suppression du fonds de compensation de 450 M€ versé par l’Etat aux Régions au titre de leurs nouvelles compétences dans le domaine du développement économique. Les Régions ont aussi demandé un « rebasage » pour 2019 du montant de TVA qui leur est attribué. Le Premier ministre a confirmé qu’il était prêt à travailler avec les Régions pour évaluer leur « trou d’air » financier et faire des propositions en conséquence.

La rédaction.