Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 24 Septembre 2018, 01h38

Le refus de cinq parlementaires LR de prendre part au cortège johannique marque une rupture générationnelle à droite, mais pas seulement. Explications. 

 A Orléans, et c’est sans doute une première, le même camp politique s’est retrouvé profondément divisé sur un terrain censé célébrer pourtant l’unité. 

Résumé: 

DESUNION. Difficile de savoir, au sein des Républicains, qui est à l’origine de la décision de ne pas défiler au sein du cortège johannique, un choix justifié officiellement par la volonté collégiale de ne pas donner le sentiment de cautionner la politique du gouvernement en s’affichant dans la foulée d’Emmanuel Macron, ministre – sans étiquette - de l’Economie. Les cinq parlementaires frondeurs – les députés Claude de Ganay, Jean-Pierre Door et Marianne Dubois, et les sénateurs Eric Doligé et Jean-Noël Cardoux – étaient bien présents dans les tribunes installées au pied de la cathédrale, ce dimanche 8 mai, mais aucun d’entre eux n’a en effet défilé ensuite dans les rues d’Orléans. (...)

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici