Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 24 Novembre 2017, 08h22

Depuis l’abandon du projet d’implantation d’un lycée à Châteauneuf-sur-Loire, les soutiens politiques et citoyens abondent en faveur du maire DVD Florence Galzin. 

 « Nous avons dit et répété que le passage en métropole, soutenu par la droite et le PS, il est utile de le rappeler, allait accélérer la fracture territoriale et accentuer la désertification de secteurs ruraux en terme de services publics notamment. Et l'exemple du lycée en est un exemple criant », PCF.

GROGNE - Comme apostrophe45 le mentionnait, lundi dernier, la colère monte et les revendications vont bon train depuis l’abandon du projet d’implantation d’un lycée à Châteauneuf-sur-Loire. Pour exprimer leur mécontentement, plus d’un millier de personnes ont d’ores et déjà signé une pétition en ligne, à l’inititative du groupe La France Insoumise de Châteauneuf-sur Loire, pour dire « non » à l’abandon dudit projet.

À la colère du maire DVD de Châteauneuf-sur-Loire, Florence Galzin, s’ajoute donc désormais celle des élus communistes, dont un Orléanais, Michel Ricoud, qui surenchérit en réclamant non plus un mais « deux nouveaux lycées dans le Loiret ». « Nous avons dit et répété que le passage en métropole, soutenu par la droite et le Parti socialiste, allait accélérer la fracture territoriale et accentuer la désertification de secteurs ruraux en terme de services publics notamment. Et l'exemple du lycée en est un exemple criant », explique l’élu qui milite « pour un lycée sur le secteur de Châteauneuf-sur-Loire et un autre sur la région d'Orléans ».

Et une paire de bottes

Enfin, la palme de la mise en scène revient, elle, au député MoDem Richard Ramos qui déposera, vendredi matin, une paire de bottes (de sept lieues ?) devant le rectorat et remettra à cette occasion une lettre à la rectrice de l'académie d'Orléans-Tours, Katia Béguin, qui justifiait - entre autres - l’annulation du projet d’établissement à Châteauneuf-sur-Loire en raison de « temps de transports trop longs » entre la capitale régionale et le site de Châteauneuf-sur-Loire (moins de 30 km). Trop longs donc pour les lycéens métropolitains mais pas pour les élèves habitant en campagne ? C’est là toute la démarche symbolique du député Ramos.

RZ