Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 23 Mai 2018, 07h11

La fachosphère a fustigé le choix d'une jeune femme métissée pour incarner Jeanne d'Arc. Et l'affaire devient aujourd'hui nationale. 

Au niveau national, quelques voix, et pas des moindres, ont bouté à leur tour les identitaires de tous poils hors de la cité johannique, à l’instar de Marlène Schiappa, secrétaire d’État.

ÉPÉE AU CLAIR - Il fallait s’en douter. Comme l’ont révélé nos confrères de France Bleu Orléans, les réactions d’hostilité à l’encontre de la Jeanne d’Arc 2018, Mathilde Edey Gamassou, ont été promptes à fleurir sur la toile. Avec la violence verbale et la grossièreté caricaturale si caractéristiques de ce que l’on appelle communément la fachosphère, autrement dit tout ce courant identitaire d’extrême-droite un peu fourre-tout qui réunit, selon des dosages fluctuants, racisme, antisémitisme, complotisme et islamophobie, et qui a fait d’Internet son terrain de propagande. Incarner Jeanne d’Arc à Orléans alors que l’on est issue d’un métissage entre un père béninois et d’une mère polonaise, pour ces « identitaires », c’était plus que suffisant pour libérer quelques paroles haineuses sur les réseaux sociaux. 

Capture d’écran 2018-02-22 à 11.39.08.png

« Piétiner l’histoire et l’identité du peuple français ne peut amener que des troubles profonds »

Alors que certains internautes attaquent directement le physique de la jeune Orléanaise dans le même registre que celui qui avait été réservé à Christiane Taubira, d’autres, au nom d’un soit-disant respect de la tradition historique, condamnent violemment ce choix porté par l’association Orléans-Jeanne d’Arc. « Piétiner l’histoire et l’identité du peuple français ne peut amener que des troubles profonds. Pompiers pyromanes … », prophétise un certain Pont d’Arcole sur twitter qui confond manifestement une réalité historique et sa commémoration festive actuelle. Dans un autre genre, qui doit sans doute faire écho en partie à la célèbre formule de De Gaulle qualifiant les Français de « veaux », un twittos baptisé « hôpital central » écrit : « Le Français d’élevage, en regardant le ciel, a dit « oh, il fait beau aujourd’hui ». Son gouvernement a alors su qu’il pouvait lui refiler une Jeanne d’Arc noire.» Les amalgames et la confusion totale dans les responsabilités attribuées aux uns et aux autres sont également symptomatiques de cette fachospère qui vit avec le sentiment permanent d’être dupée, par les politiques autant que par les journalistes sans doute. 

DWfe7H9W0AIeB_L.jpg-large.jpeg

Mathilde possède « toutes les qualités » pour incarner Jeanne d’Arc

Alors, face à cette pluie de critiques plus ou moins prévisibles, quelques personnalités et élus ont réagi, et pris la défense de Mathilde Edey Gamassou, sur twitter notamment, puisqu’il faut bien combattre là où le mal se propage avec viralité. Localement, le maire d’Orléans, Olivier Carré, a affirmé que Mathilde possède « toutes les qualités » pour incarner Jeanne d’Arc. Bénédicte Baranger, la présidente de l’association Orléans-Jeanne d’Arc, après avoir rappelé les critères « historiques » de sélection, a déclaré que « Mathilde Edey Gamassou est une jeune fille bien...point!. » Caroline Janvier, députée LRM dans la Loiret, s’est dite « de tout cœur avec Mathilde Edey Gamassou qui fait la fierté d’Orléans.» 

Marlène Schiappa.png

Au niveau national quelques voix, et pas des moindres, ont bouté à leur tour les identitaires de tous poils hors de la cité johannique, à l’instar de Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes. Après avoir apporté « tout son soutien à Mathilde Edey Gamassou », elle a indiqué sur Twitter qu’elle allait saisir la DILCRAH - Délégation Interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT. Ce qui a été fait comme en témoigne le tweet posté un peu plus tard par Frédéric Potier au nom de la DILCRAH. L’affaire prend donc une tournure nationale, ce qui en dit long à la fois sur la place centrale occupée par Jeanne d’arc dans le récit national et sur le combat mené par les Républicains pour que l’extrême-droite ne s’accapare pas cette figure héroïque essentielle.   

Capture d’écran 2018-02-22 à 11.17.16.png

Et si Christiane Taubira n’avait encore rien de prévu ce 8 mai prochain...

Si Olivier Carré ne savait pas qui inviter pour défiler dans les rues d’Orléans le 8 mai, ou si les invitations lancées n’ont pas reçu une réponse positive, cette actualité lui souffle de nouveaux noms, à commencer par celui de Marlène Schiappa, bien sûr, fille d’un père marocain, et qui souligne que « la haine de la fachosphère n’a pas sa place dans la République française ». Et si Christiane Taubira n’avait encore rien de prévu ce 8 mai prochain… sait-on jamais !

A. G.