Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 17 Novembre 2018, 01h12

Michel Ricoud, élu PCF à Orléans, réclame un remboursement des 3,4 millions d’euros de fonds publics dont a pu bénéficier la société Hitachi « pour l'embauche de 500 personnes » dans le Loiret. La société nippone entend aujourd'hui fermer son site d'Ardon et supprimer les 170 emplois créés.

L'élu Front de Gauche, Michel Ricoud, rappelle que la société nippone a bénéficié de 3,4 millions d’euros de fonds publics « pour l'embauche de 500 personnes »

Résumé: 

QUESTION DE COHÉRENCE - Michel Ricoud, conseiller municipal communiste à Orléans, jette un pavé dans la mare. Suite à l'annonce du projet de fermeture d'Hitachi, multinationale d'électronique et d'informatique, sur le site d'Ardon, près d'Orléans, l'élu Front de Gauche rappelle aux élus de gauche et de droite locaux « montant au créneau » contre cette fermeture que la société nippone a bénéficié de 3,4 millions d’euros de fonds publics « pour l'embauche de 500 personnes ». Or, « aujourd'hui, c’est la fermeture de l’entreprise qui est annoncée et le licenciement de 170 personnes » (...)

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici