Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 19 Novembre 2017, 13h30

Dans le viseur de l’État, les emplois aidés sont «indispensables» selon le président de Région. 222 personnes sont employées dans les lycées du Centre.

«Je ne pourrai pas prendre en charge la part essentielle du salaire porté par l’État», François Bonneau, président de Région.

Résumé: 

ALERTE ROUGE - L'ensemble des associations de maires de France demande un délai pour la baisse des emplois aidés. Elles ont lancé un appel au gouvernement, lors  d'une conférence de presse commune, mercredi 6 septembre. Remisée au placard, la réforme des quatre jours (et quatre jours et demi) a donc laissé place à la décision « unilatérale sans évaluation », selon François Bonneau, président socialiste de la Région Centre-Val de Loire, de réduire massivement les contrats aidés. Leur nombre devrait passer en France de 460.000 en 2016 à 320.000 cette année, ce qui met en difficultés de nombreuses communes, régions, associations… Ces contrats aidés représentent actuellement 222 emplois dans les lycées de la Région Centre-Val de Loire, soit « environ deux agents» par établissement. Un moratoire a ainsi été demandé, afin que les élus aient le temps dans leurs collectivités respectives d’analyser au cas par cas quels sont les postes qu’ils seront contraints de titulariser et, a contrario, ceux qui ne seront pas renouvelés...

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici