Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 19 Août 2018, 07h54

Les maires sortants ont été plébiscités dès le premier tour, même quand ils étaient confrontés à plusieurs listes. Explications. 

Le contexte national, plutôt défavorable au Parti socialiste, a totalement épargné les maires socialistes sortants, tous réélus et de manière très confortable

Résumé: 

DÉCRYPTAGE. Les duels qui ont eu lieu dimanche, premier tour des élections municipales, ont tous tourné à l'avantage du maire sortant, qu'il soit de droite ou de gauche. Et dans de très larges proportions même. Signe qu'en ces temps de crispation politique et d'incertitude économique, le maire reste une valeur-refuge vers laquelle les citoyens se tournent. À condition néanmoins, c'est bien évident, que son précédent mandat ne soit pas entaché d'une quelconque disgrâce. L'élection d'une maire reste un scrutin de grande proximité, indifférent dans une large mesure aux soubresauts nationaux. 

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici