Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 17 Décembre 2018, 02h22

Qui d'autre que Péguy pouvait donner envie à Yann Moix de revenir à Orléans, la ville de sa jeunesse, liée au souvenir d'une filiation honnie ? 

« Je n'étais pas revenu ici depuis 2004 et la sortie de Podium », explique Yann Moix qui a pris part à un colloque sur la modernité et Péguy

Résumé: 

ORLÉANS. Seul Péguy pouvait le faire revenir à Orléans. Depuis 2004, Yann Moix, prix Renaudot 2013 pour Naissance (Grasset), n'avait pas remis les pieds dans la cité johannique qui fut pourtant celle de son enfance et de son adolescence. Non que l'écrivain ait un quelconque ressentiment contre la ville elle-même. Il affirme d'ailleurs qu'il la trouve même plutôt agréable. Non, en réalité, cette ville est inexorablement attachée au souvenir, traumatisant et fécond, de ses parents si peu aimants, et de cette filiation, justement, dont il décrit la cruauté dans cette somme de plus de 1.000 pages que représente son dernier roman primé. (...) 

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici