Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 16 Octobre 2018, 06h05

Pour faire campagne, les candidats dans le Loiret ont recours à des outils divers et variés pour communiquer et aller à la rencontre des électeurs. 

En une décennie, ce qui constituait le moment phare d’une campagne, le rendez-vous où tout pouvait se jouer, n’est devenu qu’un outil parmi d’autres à la disposition des candidats. Le meeting - ou réunion publique - n’est plus vraiment fondamental bien qu’encore présent.

Résumé: 

LA BOÎTE À OUTILS - Les meetings sont-ils devenus ringards ? En cette période de campagne électorale, il n’est pas rare d’entendre certains candidats reconnaître qu’« aujourd’hui, un meeting est surtout l’occasion de mobiliser son camp ». À l’inverse donc des dernières campagnes, le parti de Marine Le Pen, par exemple, n'entend pas organiser de réunions publiques dans le Loiret, comme l'attestait, il y a quelques temps, Charles de Gevigney, candidat frontiste aux législatives dans la 3e circonscription : « Il n'y aura pas de réunion publique dans des petites salles. Ça demande de l'énergie, de l'argent et ça n'a pas beaucoup d'impact. On ira plutôt sur le terrain, sur les marché ou encore à l'entrée des usines. » C'est donc une campagne essentiellement centrée sur la proximité qui est actuellement envisagée, afin de se faire connaître du grand public en un temps record...

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici