Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 25 Juin 2018, 14h19

Le député-maire de Montargis, dont l'élection a été annulée lundi, estime que cette décision est anti-démocratique. 

« C’est un vol de mon élection. On m’a volé la victoire. Je veux que ce soit le suffrage universel qui détermine le nom du député », Jean-Pierre Door. 

POLÉMIQUE - C’est un homme « en colère » qui devra, d’ici trois mois, se présenter à nouveau devant les électeurs de la 4ème circonscription du Loiret. En effet, le Conseil constitutionnel a invalidé, lundi 18 décembre, l’élection de Jean-Pierre Door, député (LR) sortant, estimant que le très faible écart de voix qui le séparait de Mélusine Harlé, candidate de La République en Marche - 8 petites voix seulement - pouvait être imputable à certaines irrégularités. 

« Ils ont cherché une excuse »

Des « irrégularités » que conteste vertement l’intéressé qui estime, à l’inverse, que « la victoire électorale est là, et que c’est une victoire démocratique ». « L’écart est tellement faible que le Conseil constitutionnel a cherché et trouvé une raison de l’annuler, ils ont cherché une excuse » fustige Jean-Pierre Door qui explique que la photo et le message postés sur Facebook la veille du scrutin, et qui lui sont reprochés par les Sages, ne portaient en rien une visée électorale. « Depuis 15 ans, on célèbre l’Appel du 18 juin de cette manière-là, ça tombait peut-être mal cette année, mais c’est comme ça», argue celui qui est également maire de Montargis. 

Capture d’écran 2017-12-19 à 11.41.13.png
Résultats du second tour. (Ministère de l'Intérieur)

Si aucune fraude n’a été relevée par les Sages, quelques irrégularités constatées ont donc suffi à invalider l’élection. « Le Premier ministre lui-même avait conclu qu’il n’y avait aucune raison d’annuler l’élection, le Conseil constitutionnel a eu, lui aussi, cette lettre », poursuit Jean-Pierre Door qui n’est donc plus député depuis lundi. Une situation singulière puisque depuis six mois, ce dernier participe normalement aux débats législatifs dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. « Je règle maintenant les problèmes matériels liés à cette annulation », confie, amer, ce dernier. 

« C’est un vol de mon élection. On m’a volé la victoire »

À la question de savoir s’il va repartir en campagne avec la même détermination, sinon la même envie, qu’un an plus tôt, Jean-Pierre Door ne laisse planer aucun doute. « C’est un vol de mon élection. On m’a volé la victoire. Je veux que ce soit le suffrage universel qui détermine le nom du député ». Une manière de sous-entendre que ce n’est donc pas au Conseil constitutionnel de le faire…

A. G.