Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Octobre 2018, 06h34

Les deux assistants sociaux de l'Aidaphi qui intervenaient dans les commissariats et gendarmeries auprès des femmes victimes de violences conjugales dans le Loiret ne sont plus financés. Le dispositif s’est arrêté le 1er juillet.

« Alors que les chiffres de ces violences explosent, qu'au 30 juin de cette année, 63* femmes déjà sont mortes sous les coups de leurs compagnons ou ex, tandis que les chiffres 2016 ne sont toujours pas publiés, voici donc que ces deux postes sont supprimés », Dominique Tripet.

Résumé: 

LA CLAQUE - «C’est avec une grande consternation, de la colère, que nous apprenons ce jour la suppression des deux postes d'intervenants sociaux en commissariat et gendarmerie du Loiret. Ces deux postes étant dévolus à l'accueil des femmes victimes de violences», a réagi Dominique Tripet, élue municipale Front de gauche à Orléans, et attachée à la lutte contre la violence faite aux femmes. La préfecture du Loiret ne finance plus les deux assistants sociaux de l'Aidaphi qui intervenaient dans les commissariats et gendarmeries auprès des femmes victimes de violences conjugales. Le dispositif s'est arrêté le 1er juillet. Leur rôle étant d'apporter un soutien social et psychologique aux femmes battues qui portent plainte...

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici