Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Avril 2018, 05h11

 Les représentants de Hamon, Macron et Fillon passeront leur grand oral devant le Mouvement Européen du Loiret, ce mercredi.

«Tous ces défis, on ne pourra les affronter en se barricadant derrière les frontières nationales qui ne sont que les cicatrices de l'histoire. Alors, ces cicatrices, il faut les soigner, les refermer, les panser.»

Résumé: 

ÉTOILES - Que reste-t-il du rêve européen ? Résistera-t-il à la crise de confiance des peuples ou le mariage de raison est-il d'ores et déjà consommé ? La France, qui se trouve à un carrefour de l'Europe, sera fixée sur son sort au soir du second tour de l'élection présidentielle. En effet, le projet européen des candidats est aujourd'hui contrasté avec d'un côté, Mélenchon, Dupont-Aignan, Le Pen, favorables à une profonde remise en question de l'appartenance de la France à l'Union européenne ; et de l'autre, les Européens convaincus, Hamon, Macron ou encore Fillon. Si le succès de la construction européenne en termes de paix est incontestable, il n'en demeure pas moins que les eurosceptiques cristallisent leur argumentation sur les crises financières, économiques et sociales qui constituent aujourd'hui les germes de la défiance au projet européen. Et comme si ces problèmes ne suffisaient pas, l’Union Européenne s’est vue prise d’assaut par la crise des migrants venus de territoires dévastés par la guerre ou par la pauvreté extrême. Un phénomène qui a certes toujours existé, mais qui a pris des proportions quasi incontrôlables depuis la déstabilisation des pays du Maghreb et du Moyen Orient. Ce qui fait aujourd'hui le jeu des populistes, arguant défenseur du repli identitaire et du protectionnisme économique. Alors, une seule question se pose en ces heures où seule l'incertitude est certaine : faut-il que tout change pour que rien ne change ?

Interview avec le président du Mouvement Européen du Loiret, François Zaragoza, qui invite mercredi 19 avril à Orléans, à 19 h 15, à débattre François Bonneau (PS), Emmanuel Constantin (En Marche) et Catherine Soullie (LR), représentants de Benoit Hamon (PS), Emmanuel Macron (EM) et François Fillon (LR) sur le thème « Quel projet pour renforcer et relancer la construction européenne ? »...

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici