Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 24 Novembre 2017, 08h10

Florent Montillot, en charge des questions de sécurité entre 2001 et 2014 à Orléans, analyse les vives tensions entre jeunes et policiers. 

« Même quand un jeune tutoie un policier, lui doit le vouvoyer et exiger le vouvoiement en retour », Florent Montillot. 

Résumé: 

MENACE - Le viol présumé de Théo par un policier en Seine-Saint-Denis, le 2 février dernier lors d’une interpellation, donne lieu, depuis plus d’une semaine, à des manifestations de soutien à la jeune victime de 22 ans dont un grand nombre dégénèrent en violences urbaines. Une tension très vive s’est installée dans quelques quartiers de la couronne parisienne au point que certains brandissent la menace d’un embrasement des banlieues, à l’image de ce qui s’était produit en 2005. Florent Montillot, qui fut adjoint au maire d’Orléans entre 2001 et 2014 en charge de la sécurité publique et qui est l’auteur de plusieurs ouvrages relatifs à l’échec des politiques de la ville et des doctrines d’emploi de la police, répond aux questions de la rédaction sur ce climat menaçant et sur le rapport conflictuel, semble-t-il indépassable, entre policiers et jeunes des quartiers. 

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici