Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 19 Octobre 2018, 17h32

Candidat à la présidence de l'UDI, Yves Jégo était à Orléans, lundi, pour rencontrer des militants et défendre l'indépendance et l'unité au centre.  

Peu amène avec ses rivaux à la tête de l'UDI, Yves Jégo estime qu"ils sont responsables des querelles et trahisons passées.

Résumé: 

PRÉSIDENCE. Ils sont quatre à briguer la présidence de l'UDI, en octobre, laissée vacante par le retrait politique brutal de Jean-Louis Borloo : Yves Jégo, le plus UMP de tous, puisque le député-maire de Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne) fut secrétaire d'État chargé de l'Outre-Mer sous le gouvernement Fillon 2 (mars 2008-juin 2009) ; Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy (Seine-Saint-Denis) ; Hervé Morin, député-maire d'Épaignes (Eure) ; et Jean-Christophe Fromantin, député-maire de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Après Jean-Christophe Lagarde, la semaine dernière, c'est au tour d'Yves Jégo de défendre sa candidature, à Orléans, auprès des militants UDI, et plus singulièrement du Parti radical, l'une des branches de l'UDI dont il est le président national. Entretien avant une rencontre entre militants au Bateau-Lavoir, le long des quais de la Loire.

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici