Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 21 Juillet 2018, 07h49

Finalement, la Ville d’Orléans mettra la main à la poche pour faire l’acquisition de la Halle de la Charpenterie d’ici la fin 2017. 

La Ville d’Orléans aura ainsi tout loisir de « conserver la vocation du secteur professionnel », en choisissant, elle-même, l’activité la mieux adaptée (en marge de la restauration).  

MONOPOLY - « Une salle de sport, rue des Halles, ne nous satisfait pas du tout. » Cet été, le message du maire d’Orléans était clair. Interrogé en juillet sur l’implantation d’’une énième salle de fitnesse à Orléans, Olivier Carré disait avoir d’autres projets pour les 1.600 mètres carrés de l’ancienne librairie Passion Culture, vides depuis un an au sein de cette halle. Sauf que jusqu’alors, le groupe Casino, propriétaire de la Halle de la Charpenterie (plus de 10.000 m2), n’avait pas encore décider de vendre.

Parmi les scenarii évoqués au cours de l’été entre les différentes parties, Olivier Carré entendait être, autant que possible, «à la manœuvre», afin d’acter les choses « le plus tôt possible », bien que prudent sur l’avancée des négociations avec Casino. « La conclusion définitive sera potentiellement présentée à l’automne », confiait alors l’élu le 10 juillet dernier, ne souhaitant pas, initialement, faire l’acquisition de cet ensemble commercial.

DSC_0025_0.jpg
Place de Loire.

« Faciliter l’aboutissement d’un ensemble qui soit cohérent »

La Ville souhaitait juste veiller à ce qu’«un acquéreur entre dans (sa) logique. Visiblement, Casino veut vendre l’ensemble de tout ce qu’il a en portefeuile (au sein de cette halle). Dès lors, on sera à la manœuvre, derrière, pour que ses plans aboutissent », expliquait à l’époque le maire d’Orléans. 

Lundi après-midi, lors de la séance du conseil municipal, Olivier Carré a annoncé que la Ville allait acheter, d’ici le 31 décembre, non seulement les 1.600 mètres carrés de Passion Cullture mais aussi l’ensemble de la Halle de la Charpenterie, place de Loire. Ainsi, elle aura tout loisir de « conserver la vocation du secteur professionnel », en choisissant, elle-même, l’activité la mieux adaptée (en marge de la restauration). Et ce afin de « faciliter l’aboutissement d’un ensemble qui soit cohérent. »  

Aujourd’hui, la Ville est donc prête à mobiliser des moyens financiers. Reste désormais à définir le montant précis d’une telle acquisition prévue fin 2017. Le groupe Casino décrochera-t-il le jackpot ?

RZ