Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 17 Décembre 2017, 20h44

La Région entend mobiliser «toutes les énergies et compétences» pour contribuer au rayonnement européen et mondial du Centre-Val de Loire à l'occasion des 500 ans de La Renaissance.

« Nous nous devons de faire de notre région un territoire de création, d’émergence et d’éducation artistique pour les habitants comme pour nos visiteurs, une destination privilégiée d’un tourisme nature et culture », François Bonneau.

500 ANS - La Région Centre-Val de Loire entend redorer ses lettres de noblesses, en fêtant dignement le cinquième centenaire de La Renaissance. « L’ambition de notre région est de porter les richesses patrimoniales et culturelles comme un socle de l’identité et de l’attractivité du territoire », a présenté, ce lundi 2 octobre, François Bonneau, président de Région . « Le Centre-Val de Loire a bénéficié au cours des siècles des plus beaux esprits de la création de l’histoire de l’art et des sciences, d’intellectuels et d’humanistes éclairés, particulièrement à La Renaissance », a-t-il poursuivi, entouré des membres du comité de pilotage de ce projet. 

2019 sera donc une année lumière en région Centre-Val de Loire où seront célébrés « des événements uniques » : les 500e anniversaires de Chambord (inscrit au patrimoine universel dès 1981, NDLR), de la mort de Léonard de Vinci au Château du Clos Lucé à Amboise en mai 1519, « inspirateur de la conception architecturale de Chambord », et de la naissance de Catherine de Médicis.« C’est aussi un double anniversaire, français et italien. Car , durant toute cette période, nous étions dans un génie français sous l’influence de l’Italie », a résumé Jean d’Haussonville, directeur général de Chambord. Cette relation intime entre ces deux pays symbolise également la grandeur et l’esprit de l’Europe qui sera in fine au cœur de La Renaissance, période bénie de lumière et conjuguée décidément à tous les temps : passé, présent et futur. 

« Réinventer ce magnifique héritage »

Le berceau de la France renouera-là avec son histoire. La Région entend bien poursuivre, voire « réinventer ce magnifique héritage », en valorisant notamment le réseau d’art contemporain (Tanneries d’Amilly, Transpalette à Bourges, le CCC Olivier Debré à Tours, les Turbulences du Frac Centre ainsi que le premier Centre d’Arts consacré à la relation de la création artistique et de la nature du Domaine du Chaumont-sur-Loire). « Nous nous devons de faire de notre région un territoire de création, d’émergence et d’éducation artistique pour les habitants comme pour nos visiteurs, une destination privilégiée d’un tourisme nature et culture », a indiqué le président Bonneau qui voit-là l’opportunité de « lancer un mouvemement populaire, historique, artistique et scientifique pouvant renforcer la valorisation et l’attractivité du territoire »

DSC_9994.JPG
Les membres du comité de pilotage.

Charge désormais à «l’Eurélien» Stéphane Bern, animateur TV féru d’histoire et promu au rang d’ambassadeur des 500 ans de la Renaissance en Centre-Val de Loire, de porter haut les grandes lignes du projet. Ce dernier a accepté « naturellement » de mettre sa notoriété et sa voix au service d’une ambition. Autrement dit, « imaginer le renouveau de notre région (…) Pour 2019 (les manifestations déborderont jusqu’en 2020, NDLR), l’ambition du Centre-Val de Loire est de reconquérir le monde (…) Il y a une telle concentration de monuments, de richesses patrimoniales, de richesses humaines et artistiques que le monde doit les découvrir, en pensant les visiter et rendre les habitants fiers de leur région. » 

«C’est une opportunité formidable d’ouverture sur le monde»

Mieux encore, Stéphane Bern entend même étendre l’offre promotionnelle« à l’économie et à l’emploi » : « Tous ces trésors impactent directement l’économie du territoire (…) Et c’est aussi une façon de montrer que cette région a des atouts exceptionnels (…) C’est une opportunité formidable d’ouverture sur le monde, de célébration, bien sûr, mais aussi d’innovation comme Léonard de Vinci en son temps. » Histoire de faire connaître davantage encore le Val de Loire, terre et fleuve royaux, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco et qui est devenu l’une des premières destinations touristiques en France. 


Jean-Louis Sureau, directeur général du Château d'Amboise.

S’il manque encore la dernière touche au menu des réjouissances, le président François Bonneau a toutefois annoncé que cet anniversaire de la Renaissance en Centre-val de Loire serait ponctué par un grand spectacle « marqué par la création avec une idée d’itinérance ». Et de conclure : « Rien à voir avec un spectacle folklorique », en réponse à la proposition de campagne (lors des régionales 2015) de Guillaume Peltier, conseiller régional Les Républicains et désormais député du Loir-et-Cher, de créer un spectacle type « Puy-du-Fou ». Comme quoi, la politique n’est jamais très loin.

RZ