Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 14 Décembre 2018, 11h30

Serge Grouard avait pensé l'inviter, Olivier Carré est décidé à le faire pour le centenaire de la canonisation de Jeanne d'Arc en mai 2020.

« Mais peut-être qu’un jour le pape pourra venir à Orléans pour nos fêtes, l’année du centième anniversaire de la canonisation de Jeanne d’Arc, pourquoi pas ? », Serge Grouard. 

VOEU PIEUX - Serge Grouard en avait - presque - rêvé, Olivier Carré va, peut-être, faire de ce rêve une réalité. Dans le livre d’entretien que nous avons co-signé (*), Serge Grouard confiait avoir pensé à inviter le pape pour présider les fêtes de Jeanne d’Arc, à Orléans. « J’en avais parlé à l’évêque, mais il fallait s’y prendre très longtemps à l’avance. Et puis, il fallait penser aux dispositifs de sécurité impressionnants à mettre en place. Vous placez la ville en état de siège », souligne dans ce livre l’ancien maire d’Orléans qui lance même cette suggestion à son successeur. « Mais peut-être qu’un jour le pape pourra venir à Orléans pour nos fêtes, l’année du centième anniversaire de la canonisation de Jeanne d’Arc, pourquoi pas ? Ce n’est d’ailleurs pas si loin que ça. Il ne faudrait pas tarder à lancer invitation. » Tiens, tiens… Pas si lointain que cela, en effet, puisque Jeanne d’Arc a été béatifiée le 18 avril 1909 par le pape Pie X puis canonisée le 16 mai 1920 par Benoît XV. Il reste donc un peu moins de deux ans pour convaincre Le Saint-Père de se déplacer dans la cité johannique.  

Deux évêques orlénais ont œuvré pour la canonisation de Jeanne d'Arc

Sans aller jusqu’à dire qu’Olivier Carré a saisi la balle au bond, ou le sceptre au vol, disons que les deux édiles sont donc en phase sur ce sujet-là. En effet, nos confrères de La République du Centre rapportent qu’Olivier Carré prendra l’initiative, dans les semaines à venir, d’inviter officiellement le pape François à venir présider les cérémonies traditionnelles du 8 mai pour le centième anniversaire de la canonisation de l’héroïne de la cité. « La perspective d’inviter le pape m’avait été soufflée par la présidente de l’association Jeanne d’Arc lors de son arrivée (ndlr : en 2016) », argumente le maire. Une première invitation « temporelle » à laquelle succédera une seconde, religieuse celle-là, celle de Mgr Blaquart, évêque d’Orléans. Une sollicitation qui a tout son sens puisque la canonisation de Jeanne d’Arc doit beaucoup à l’intervention auprès du Saint-Siège de deux évêques d’Orléans : Mgr Dupanloup en 1869 et Mgr Couillié, en 1886. Sans eux, Jeanne d’Arc n’aurait sans doute jamais reçu la reconnaissance ultime de sa sainteté par l’Église catholique.

 Vœu pieux ou pas, le maire est allé au bout de d'une démarche

Disons-le clairement néanmoins, les chances de voir le pape défiler dans les rues d’Orléans en mai 2020, ou une toute autre année, sont plus qu’improbables eu égard aux mesures de sécurité qu’il faudrait prendre et à l’agenda même du Saint-Père, évidemment. Qui ne tente rien n'a rien, dit l'adage. Vœu pieux ou pas, le maire est allé au bout de d'une démarche qui, d'un point de vue historique au moins, est légitime. Après, il est évident qu'il a tout intérêt quand même à prévoir un invité de substitution...  

A. G. 

(*) Serge Grouard, Ce que je voulais vous dire, entretien avec Anthony Gauter, Corsaire Éditions, 365 pp. 18 €.