Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 25 Juin 2018, 14h20

L'association Tous Orléans propose cinq pistes de refléxion pour rendre les fêtes de Jeanne d’Arc « plus populaires et plus culturelles ».

« On a recensé les éléments qui faisaient que l’on était orléanais et on s’est dit qu’il y avait la possibilité de faire rayonner davantage la ville lors de ces fêtes », Yann Chaillou. 

DES IDÉES NEUVES - Même si, au fil des années et des décennies, elles se sont « modernisées », enrichies sans doute, les fêtes de Jeanne d’Arc restent néanmoins fidèles à une tradition séculaire. L’assertion selon laquelle, le 8 mai, la moitié d’Orléans regarde défiler l’autre moitié, a conservé toute son actualité. Pour autant, il faut reconnaître que ces fêtes se sont en partie réinventées au fil du temps avec, notamment, l’introduction du marché médiéval, l’organisation du set électro et, très récemment, la reconstitution d’un campement médiéval dans le quartier de La Source, la mise en place d’une « nocturne » pour le marché médiéval du Campo Santo, le concert de Laurent Voulzy l’année dernière à la cathédrale, etc. Et, cette année, l’association Jeanne-d’Arc souhaite que les liens avec les autres villes johanniques - Rouen et Compiègne particulièrement - soient renforcés tandis que la Jeanne d’Arc américaine, qui défile tous les 6 janvier - date de la naissance de Jeanne d’Arc - dans les rues de la Nouvelle-Orléans sera présente dans le cortège orléanais de demain, entourée d’une délégation américaine. Bref, entre le poids de la tradition à laquelle les Orléanais semblent attachés et la nécessité de ne pas tomber dans une conformité anesthésiante, pas toujours facile de trouver les bons compromis.

« Cette réflexion, on a commencé à l’avoir dès notre première réunion, en octobre » 

Dans un communiqué adressé à la rédaction, le think-tank baptisé Tous Orléans propose cinq axes de réflexion pour rendre les fêtes de Jeanne d’Arc « plus populaires et plus culturelles ». « Cette réflexion, on a commencé à l’avoir dès notre première réunion, en octobre », explique Yann Chaillou, le jeune président de ce groupe. « On a recensé les éléments qui faisaient que l’on était orléanais et on s’est dit qu’il y avait la possibilité de faire rayonner davantage la ville lors de ces fêtes. Le but, ce n’est pas d’être négatif sur ce qui existe déjà mais de proposer des pistes pour apporter un peu plus de rayonnement », poursuit Yann Chaillou. 

« Ouvrir largement le cortège commémoratif à toutes les écoles et les associations de la ville »

La première communication officielle de Tous Orléans propose donc quelques pistes pour « enrichir » le déroulé et le contenu des fêtes de Jeanne d’Arc. Certaines ont d’ailleurs déjà été intégrées dans l’édition 2018. Parmi les pistes proposées, celle de « redonner au marché médiéval un aspect plus culturel que commercial et accroître son attractivité en multipliant sa durée par deux  ». L’association souhaite également « ouvrir largement le cortège commémoratif à toutes les écoles et les associations de la ville afin que le défilé rassemble toute la population dans sa diversité » ou encore « mettre en place un partenariat éducatif avec tous les établissements scolaires et universitaires, publics comme privés ». Autre proposition formulée, celle  de « choisir chaque année un thème sociétal pour l’explorer durant toute la période des fêtes à travers des expositions, des conférences, des débats, etc. Il s’agit de créer une dimension philosophique et historique ouverte au grand public ».

« Nous ne prétendons pas avoir toutes les bonnes idées », conclut Yann Chaillou qui invite les Orléanais à faire, pour l'année prochaine, d’autres propositions sur la plateforme de l’association.

A. G.