Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 24 Novembre 2017, 08h24

Le stationnement à l'hôpital d'Orléans pourrait devenir payant. Le point de vue de la députée (LREM) Stéphanie Rist, également médecin au NHO.

«On est face à un nombre récurrent de gens qui continuent à se garer gratuitement à l’hôpital, alors qu’ils n’ont pas la nécessité de s’y rendre», Stéphanie Rist, députée LREM.

STATIONNEMENT - Comme apostrophe45 le titrait récemment - « CHRO, la menace du stationnement payant » -, le stationnement à l’hôpital d’Orléans a de fortes chances de devenir payant à court terme. Et ce comme de nombreux centres hospitaliers en France, tels que l’hôpital Purpan à Toulouse ou ecore les établissements de Saint-Malo, Bourgoin-Jallieu, Montpellier, Nantes, Amiens, Dijon, etc. La liste est longue. À chaque fois, les mêmes causes et les mêmes conséquences. Pour résoudre les problèmes de stationnement sur les différents sites hospitaliers, les directions respectives mettent en place une tarification pour les usagers. Les zones réservées au personnel restent, quant à elles, gratuites.

La direction du Nouvel hôpital d’Orléans (NHO) réféchit à une potentielle tarification de son parking depuis deux ans. Sous la pression des élus locaux et, bien sûr, des usagers, la décision a sans cesse été repoussée, pour ne pas dire retardée. Le CHRO pourrait en effet à tout moment faire payer l'emplacement, une mesure jugéeévidemment  impopulaire par les personnels hospitaliers, les malades et leurs visiteurs, sans oublier les politiques. Surtout que, techniquement, tout est déjà prévu - ou presque - , si l'on en juge l’installation de barrières automatiques sur ces parkings, depuis un peu plus d’un an et demi.

DSC_2013_2.JPG

Rappelons que le NHO dispose de plus de 300.000 m2 de parkings dont plus de 900 places réservées aux usagers et situées aux sous-sols, ainsi que d'un parking aérien à proximité de l'ellipse pour un accès direct aux services pédiatriques, gynécologiques et de maternité. Sans oublier plus de 200 places réservées aux deux-roues. 

« C’est sur la personnalisation du paiement que l’on doit travailler »

La rédaction a tenu à connaître la position de la députée du Loiret (LREM) Stéphanie Rist, médecin de profession et exerçant justement au NHO. Ne connaissant pas vraiment « l’avancée du dossier », elle estime toutefois que l’hôpital d’Orléans ne pourra pas échapper à la mise en œuvre d’une tarification. Reste à connaître « le montant » et déterminer « qui doit payer et qui doit être exempté ». La parlementaire précise que « c’est sur la personnalisation du paiement que l’on doit travailler. Ce que l’on constate, c’est qu’on a essayé de faire sans que le parking ne soit payant et le résultat n’est pas efficace. En tout cas, il y a encore beaucoup de plaintes de la part des gens qui éprouvent du mal à se garer. En revanche, on a des parkings destinés aux personnels, ce qui ne pose plus de souci sur ce point-là. » On se souvient qu’à l’époque, « par manque, sans doute, de communication », les personnels de l’hôpital étaitent pointés du doigt par la direction qui prétendait que les salariés de l’établissement s’octoyaient « les meilleures places réservées aux consultants ». Aujourd’hui, ce problème semble résolu.

IMG_7260 2_0_0.JPG

En revanche, le stationnement abusif perdure. Autrement dit, des personnes n’ayant pas la nécessité de se rendre à l’hôpital garent leur véhicule sur les parkings « parce qu’ils sont gratuits ». Ce qu’a pu constater la députée Stéphanie Rist : « Le sujet n’a jamais été de tirer un bénéfices des parkings payants. Ceci dit, on est face à un nombre récurrent de gens qui continuent à se garer gratuitement à l’hôpital, alors qu’ils n’ont pas la nécessité de s’y rendre. Ils viennent se garer à l’hôpital pour prendre le tram, par exemple. » Certes, mais cette minorité doit-elle faire payer la note à une majorité de bons usagers ?

« Le sujet n’a jamais été de tirer un bénéfices de ces parkings payants »

La députée espère que la direction de l’hôpital fasse montre de discernement. « On aura du mal à conserver ce parking gratuit mais si on le fait payant, je mise beaucoup sur la personnalisation du payant. Des gens qui viennent régulièrement peuvent peut-être être exemptés de paiement, à l’image de ceux qui ont des séances régulières de traitement ou ceux qui ont des enfants hospitalisés ne pouvant restés seuls. » Quoi qu’il en soit, ces parkings doivent s’adresser, avant toute chose, à des gens qui ont la nécessité de se rendre à l’hôpital.

RZ

L’exemple de Toulouse

Article tiré du quotidien ladepeche.fr

(...) D’ici un mois, les habitudes devront changer. Pour faire face au problème de stationnement sur son site de Purpan, le CHU de Toulouse met en place une nouvelle organisation : des parkings gratuits seront réservés aux salariés ; les usagers disposeront de près de 800 places réparties sur quatre parkings mais seront soumis à une grille tarifaire (1,80 € pour toute la durée de séjour d'un patient hospitalisé, de 0€ -première heure gratuite- à 3,20 € pour un visiteur, des cartes forfaits pour l'hôpital des enfants et la maternité seront proposées).

«Nous doublons les capacités de parking pour les usagers mais tant que nous n'appliquerons pas la tarification et la séparation des flux personnel/usagers, ce sera le bazar. Nous avons créé 400 places supplémentaires avec le parking P1 au printemps, il est toujours plein », argumente Jean-Gabriel Lévrier, directeur du pôle patrimoine, immobilier et services techniques du CHU de Toulouse. «Nous devons reconquérir les patients qui ne viennent plus au CHU faute de places de stationnement et faire en sorte que nos personnels n'arrivent pas énervés au travail. Demander 1,80 € pour être sûr de pouvoir se garer le jour de son hospitalisation n'est pas démesuré, de nombreux patients le réclament. Nous sommes le dernier CHU de France à le faire », poursuit le directeur en s'appuyant sur une enquête menée en 2016 auprès de 2000 personnes : 85 % des personnels et 70 % des usagers étaient mécontents du stationnement à Purpan.

L'hôpital espère retrouver plus de sérénité sur le site avec des accès fluides, sécurisés et mettre fin à l'utilisation de son site comme parking-relais du tramway ou aire de stationnement pour les habitants du nouveau quartier de la Cartoucherie.

 

Une Pétition pour la gratuité

L'initiative du CHU de Toulouse fait des mécontents. Une pétition lancée par ActUp Sud Ouest circule sur internet depuis trois semaines pour conserver la gratuité du stationnement à Purpan. Les pétitionnaires assimilent la tarification à une «nouvelle taxe» et à du «racket». À ce jour, 1984 personnes l'ont signée.

Act Up, qui se dit sur le fond favorable à une réorganisation du stationnement sur Purpan, en appelle aux décideurs locaux pour trouver une alternative au payant (mais le site est la propriété du CHU). Les militants assurent qu'ils mettront en place des actions pour s'opposer à la mise en place des barrières. »