Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 24 Novembre 2017, 08h21

Dans Challenges, Jean Garrigues explique qu’E. Macron a eu raison d’affirmer son autorité face au chef d’Etat-Major des Armées, P. de Villiers.

 

 « Le pouvoir politique doit avoir le dernier mot. Une armée à qui on laisse trop de marge de manoeuvre, c'est une bombe à retardement. »

Résumé: 

CONTRE-PIED - Interviewé par le magazine Challenges, Jean Garrigues, professeur d’histoire à l'Université d'Orléans et à Sciences Po, estime que « c’est Pierre de Villiers, le chef d’Etat-Major des Armées, qui a franchi la ligne jaune en s’opposant à une décision du Chef de l’Etat ». Et d’enfoncer le clou : «  Le président de la République Emmanuel Macron a eu raison de maintenir la hiérarchie militaire sous contrôle. » (...)

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici