Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 19 Décembre 2018, 15h07

L'idée, lancée l'année dernière, a été adoptée par Olivier Carré, maire d'Orléans, qui a émis la volonté de travailler à ce projet. Explications. 

Cet appel à la création d'un Parlement des écrivaines francophones avait été lancée, l'année dernière, par Fawsia Zouari, journaliste pour Jeune Afrique

Résumé: 

DÉFENSE  DE LA CULTURE - Elle avait assuré, l’année dernière, dans une interview accordée à apostrophe45, que son coup n’avait pas été prémédité. À l’issue de la table ronde qu’elle animait alors sur le thème de la francophonie des des femmes, Fawzia Zouari, journaliste pour l’hebdomadaire Jeune Afrique avait lancé une invite et un appel au maire d’Orléans : la création, à Orléans justement, d’un Parlement des écrivaines francophones qui aurait une double vocation : pérenniser et poursuivre le travail de réflexion proposé par les Voix d’Orléans pendant deux jours, et offrir aux écrivaines du monde francophone qui sont menacées dans leur pays et empêchées d’écrire, une terre d’asile, une sorte de résidence qui leur donnerait la possibilité matérielle de travailler librement et la sécurité physique de le faire. L’année dernière, cet appel relevait plus « d’une bouteille à la mer » lancée dans le flot des idées salutaires. 

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici