Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 26 Septembre 2018, 02h54

Le dessinateur Plantu présidera la 21ème édition des Rendez-vous de l'histoire de Blois qui interrogera « La puissance des images ».

Les 21èmes Rendez-vous de l'histoire de Blois auront lieu du 10 au 14 octobre prochain. Toutes les manifestations sont grartuites. 

À NE PAS MANQUER - Les 21èmes rendez-vous de l’Histoire de Blois (du 10 au 14 octobre) interrogerons « La puissances des images » avec une programmation d’une richesse et d’un éclectisme qui font de cette manifestation « quelque chose d’unique au monde », selon Jean Garrigues, historien orléanais, qui fait partie du millier d’intervenants programmés cette année. « Il s’agit d’un événement national sur le plan culturel », a assuré, de son côté, François Bonneau, président de la Région centre-Val de Loire, partenaire de l’événement. 

Une édition 2018 présidée par Cartooning for peace, l’association fondée en 2006 par le dessinateur de presse Plantu avec l’aide de Kofi Annan, aujourd’hui décédé, prix Nobel de la Paix et ancien secrétaire général de l’ONU.  

« Je rêvais avec les petites images de l’enlèvement des Sabines ou de Marat dans sa baignoire »

Avec le sens de la dérision que l’on imagine, doublé d’une gentillesse jamais affectée, Plantu a évoqué, lors d’une conférence de presse de présentation des Rendez-vous de l’histoire, son métier de caricaturiste et de dessinateur de presse, notamment au Monde bien sûr, où depuis 1985, ses dessins font la Une du journal et office d’éditorial.  

« Je crains d’être remplacé, le jour où j’arrêterai, par une photo ou une publicité », a lâché le dessinateur qui n’a pas caché que l’histoire n’était pas la matière dans laquelle il excellait sur les bancs du lycée Henri-IV, à Paris. « J’étais un piètre élève et j’aimais la petite histoire dans l’histoire. Je rêvais avec les petites images de l’enlèvement des Sabines ou de Marat dans sa baignoire. J’avais toujours 6/20 ou 7/20 en histoire. Depuis 1972 - ndlr : date de son entrée au journal Le Monde - j’ai la chance de rendre ma propre copie. Mais sans les mots, un dessinateur n’est pas grand-chose s’il n’est  pas nourri par ce que lui disent les journalistes. »

IMG_1068_1.JPG
(De g. à droite) Francis Chevrier, Plantu, Jean Garrigues, et François Bonneau. (Photo. apostrophe45)

La puissance des images, Plantu l’a évidemment jaugée, apprivoisée, utilisée, interrogée dans les moindres détails à travers ses dessins de presse, toujours ancrés dans le tourbillon de l'actualité immédiate. Cette « puissance » l’a aussi étonné manifestement comme le jour de cette rencontre avec Yasser Arafat en 1990, à Tunis, pour une exposition de ses dessins et lors de laquelle le leader de l’OLP dessine spontanément sur un de ses dessins l’étoile de David du drapeau israélien. Douze ans plus tard, à la faveur d’un voyage de Plantu à Jérusalem, ce même dessin est signé de la main de Shimon Pérès, et constitue alors le premier « document » qui réunit les signatures des deux parties en conflit. 

« Le flux des images est devenu prodigieux aujourd’hui sous l’effet des nouvelles technologies »

« Le flux des images est devenu prodigieux aujourd’hui sous l’effet des nouvelles technologies », théorise Jean-Noël Jeanneney, historien et président du conseil scientifique des Rendez-vous de l’histoire. « Leur influence sur les comportements individuels et collectifs, sur les combats politiques et guerriers, sur les équilibres sociaux, sur les passions religieuses est grande assurément ». « Images et puissance de l’État, de la Russie ancienne à la Russie de Poutine », « La puissance des ruines », « Images et photographies de guerre », « Pouvoirs et limites de l’image comme preuve à l’ère numérique », « Forcer le trait, pouvoir des caricatures, épreuves de la démocratie », tels sont quelques-uns des intitulés des tables rondes qui se dérouleront au château de Blois, dans la halle aux grains, au conseil départemental, ou encore à l’université. 

« La ville de Blois vit toute entière au rythme de  ces quatre jours »

« La ville de Blois vit toute entière au rythme de  ces quatre jours », se félicite Francis Chevrier, le directeur et créateur des Rendez-vous de l’histoire. « Au-delà du thème retenu, se déroule aussi le plus important salon du livre avec tous les livres qui font l’actualité. Le cinéma, l’économie seront très présents également avec Michel Pastoureau et Érik Orsenna notamment. Nous sommes parvenus à maintenir la gratuité totale ce qui fait que ces Rendez-vous constituent une grande université populaire.» Une manifestation qui n’a aucunement vocation à être élitiste, bien au contraire. « Elle est d’une accessibilité totale », précise Jean Garrigues. « Elle s’adresse à tous, petits et grands avec un espace jeunesse très riche », complète Francis Chevrier. L’invitation est donc lancée.

A. G.  

Retrouvez le programme complet en cliquant sur ce lien.