Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 26 Février 2018, 02h29

Un an après avoir mis en place la gratuité pour l'ensemble de son réseau de médiathèques, la mairie dresse un bilan quantitatif qui témoigne d’une hausse importante de la fréquentation. 

En l’espace d’une année, sur l’ensemble des médiathèques de la ville, le nombre de lecteurs a ainsi augmenté de 155%.

NOUVEAU CHAPITRE - La question avait fait débat : fallait-il rendre gratuit l’abonnement aux médiathèques d’Orléans ? Un an après la mise en place de cette gratuité, la mairie d’Orléans a communiqué sur le bilan enregistré depuis un an, en terme d’abonnements et de nouveaux lecteurs principalement et arrive à la conclusion que « les coûts d’inscription peu onéreux, était un frein pour une partie non négligeable de la population»

 « La mise en place de la gratuité des abonnements a permis d’attirer, au sein du réseau, de nouveaux lecteurs »

En l’espace d’une année, sur l’ensemble des médiathèques de la ville, le nombre de lecteurs a ainsi augmenté de 155% avec 9.272 nouveaux lecteurs enregistrés contre 3.641 l’année précédente. Les emprunts de livres, CD ou DVD sont aussi en très forte hausse (+62%) tout comme les réinscriptions (+21%). « La mise en place de la gratuité des abonnements, le 1er septembre 2016, a permis d’attirer, au sein du réseau, de nouveaux lecteurs de tous âges et de sensibilités diverses. La part des parents et des moins de 30 ans est ainsi en forte augmentation au sein des nouveaux inscrits », explique le communiqué de presse. « Les pratiques des usagers ont également évolué comme en atteste la hausse des prêts sur les CD (70.000 prêts de septembre 2016 à août 2017 soit deux fois plus que l’année précédente) et les DVD (30% d’emprunts supplémentaires de septembre 2016 à août 2017 par rapport à l’année précédente) »

Une gratuité qui, comme l’explique Jean-Paul Briand dans la tribune consacrée à ce sujet, a naturellement un coût porté aujourd'hui par la collectivité. Une autre question peut se poser également, qui exclut l’aspect exclusivement quantitatif des choses : est-ce que cette gratuité induit un comportement différent envers les ouvrages empruntés, autrement dit moins de respect dans leur prise en main ? Il pourrait être intéressant d’explorer également cet aspect-là du sujet même si c’est évidemment compliqué de parvenir à des conclusions définitives…

A. G.