Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 19 Décembre 2018, 08h41

Pour l'ouverture de nouvelles salles dédiées au XVIIIè siècle, le Musée des Beaux-Arts d'Orléans a acheté deux tableaux de Batoni. 

À partir de samedi, et après dix-huit mois de travaux, le Musée des Beaux Arts d'Orléans présente son parcours du XVIIIè siècle. 

UNE BELLE HISTOIRE - Après dix-huit mois de travaux, le musée des Beaux-Arts d’Orléans présente, à partir de samedi, son nouveau parcours artistique au cœur du XVIIIe siècle avec de nombreuses œuvres sorties des réserves. L’occasion de découvrir trois tableaux d’un des plus grands peintres italiens du XVIIIè siècle, Pompeo Batoni dont le musée des Beaux-Arts ne possédait jusqu’à très récemment qu’une seule œuvre, acquise en 1853, « Vulcain, ou l’Hiver ».   

« Vulcain, ou l’Hiver » n’avait pas le même format que Bacchus et Cérès

Or, lors de la Tefaf 2017 qui se déroulait à Maastricht, aux Pays-Bas, la galerie Canesso a présenté deux tableaux ovales de ce même Pompeo Batoni représentant respectivement « Bacchus, ou l’Été » et « Cérès, ou l’Automne ». Pour autant, même le grand spécialiste reconnu du peintre italien, bien que connaissant l’existence du tableau à Orléans, ne faisait pas le lien direct entre les trois tableaux puisque, à sa connaissance, « Vulcain, ou l’Hiver » n’avait pas le même format que Bacchus et Cérès. 

33196258_2008352362813292_8463569193793486848_n.png33470478_2008352499479945_9062872167019970560_n.png33522925_2008352439479951_4567547026073452544_n_0.pngBacchus (L’Automne), huile sur toile - 47,5 x 37,5 cm ;  Vulcain (L’Hiver), huile sur toile - 45,5 x 37 cm ; Cérès (L’Été), huile sur toile - 47,5 x 37,5 cm.

Or, la confrontation récente des trois tableaux a démontré que non seulement ils avaient bel et bien la même dimension mais qu’en sus tout dans leur exécution les rapprochait jusqu’au cadre architectural en trompe-l’œil en partie disparu sur le Vulcain « orléanais » du fait d’un changement de format postérieur à sa création. Il n’y a donc plus aucun doute possible : Bacchus, Cérès et Vulcain appartiennent à la même famille et ont vraisemblablement été réalisés aux alentours de 1770 pour être intégrés à un même décor. Et d’évidence donc, il ne manque désormais, pour que les saisons soient complètes, plus que Le Printemps,que les exégètes du peintre italien imaginent sous les traits de Flore. 

Du fait de cette découverte, le Musée des Beaux-Arts d’Orléans a fait l’acquisition des deux autres tableaux de Batoni

Du fait de cette découverte, le Musée des Beaux-Arts d’Orléans a fait l’acquisition des deux autres tableaux de Batoni, un peintre qui demeure, en dépit de son importance centrale dans l’histoire de l’art au XVIIIe siècle, absent des musées français. Une raison de plus, donc, pour venir découvrir, à partir de samedi, le nouveau parcours du XVIIIe siècle et sa salle italienne avec, ces trois tableaux de Batoni, Bacchus, Cérès et Vulcain. Enfin réunis. 

A. G.