Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Janvier 2018, 04h59

À l'initiative de la chaîne Ciné+Classique, un jury, dont Hélène-Mouchard Zay a fait partie, a classé quinze films sélectionnés en 1939. 

Le jury présidé par Bertrand Tavernier était composé, notamment, des actrices Irène Jacob, Julie Bertuccelli, et d’Hélène Mouchard-Zay. Il rendra son verdict dimanche. 

Résumé: 

AVANT LA GUERRE - Le 1er septembre 1939 devait s’ouvrir à Cannes le premier « festival des démocraties contre les dictatures », initié par Jean Zay, député radical-socialiste et ministre de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts du Front populaire. En créant ce festival cinématographique que plusieurs villes avaient souhaité accueillir entre leurs murs - Biarritz, Deauville, Vichy, Aix-les-Bains, le Touquet, et même Alger - le jeune ministre ambitionnait de faire souffler le vent de la création cinématographie libre en France alors qu’au même moment, la Mostra de Venise, passée sous le joug de Mussolini et d’Hitler, devenait un très efficace outil de propagande profasciste. Ainsi, un an plus tôt, alors que le jury de la Mostra de Venise s’apprêtait à remettre le prix à Autant en emporte le vent, Mussolini et Hitler mirent leur véto et imposèrent que ce prix soit attribué aux Dieux du stade, un documentaire profasciste de la cinéaste nazie Leni Riefenstahl. Et l’année précédente, l’attribution de ce même prix au film pacifiste de Jean Renoir La Grande illusion avait déjà suscité des raclements de gorge très irrités du côté du régime nazi. 

Pour accéder à ce contenu, vous devez être abonné.

Pour vous abonner, cliquez ici