Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 27 Mai 2018, 19h56

En partie tourné à Orléans, le film « 120 battements par minute » désigné candidat de la France pour concourir à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère. Mais encore-faut-il passer l'étape redoutable des présélections.

«C'est un film ambitieux, engagé, porté par l'interprétation remarquable d'une nouvelle génération d'acteurs, qui a bouleversé les festivaliers du monde entier, de Cannes à Toronto», Frédérique Bredin, la présidente du Centre national du cinéma et de l'image animée.

OSCAR - Le film de Robin Campillo, « 120 battements par minute », pour partie tournée à Orléans, a été désigné candidat de la France pour concourir à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère. Le Grand Prix du dernier festival de Cannes a été préféré au Redoutable de Michel Hazanavicius et à Barbara de Mathieu Amalric. On se souvient déjà que « 120 battements par minute » avait frôlé la Palme d’Or à Cannes en mai dernier. Mais attention, rien n’est encore joué. En effet, pour décrocher une nomination le 23 janvier, le plus dur reste encore à faire : passer l'étape redoutable des présélections. L'académie des Oscars reçoit plus de 80 candidatures du monde entier. Ce qui avait souri l’an passé à « Elle » de Paul Verhoeven, tandis qu’Isabelle Huppert avait été nommée dans la catégorie « meilleure actrice ».

Rien n’est encore joué

Le film revient sur le combat des militants d'Act-up et les ravages du sida au début des années 90. «C'est un film ambitieux, engagé, porté par l'interprétation remarquable d'une nouvelle génération d'acteurs, qui a bouleversé les festivaliers du monde entier, de Cannes à Toronto», a salué Frédérique Bredin, la présidente du Centre national du cinéma et de l'image animée. Et d'ajouter: Robin Campillo nous offre un film exceptionnel sur un sujet cruellement universel et toujours d'actualité.

En attendant, nul doute que «120 battements par minute« qui réunit à l'écran le comédien argentin Nahuel Pérez Biscayart, Arnaud Valois, Antoine Reinartz et Adèle Haenel devrait faire au moins le plein de nominations aux César dont la 43e édition se déroulera le 2 mars.

Si ce film est sélectionné outre-Atlantique, il offrira une formidable vitrine de la métropole orléanaise à travers le monde.

LR