Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 17 Novembre 2018, 02h03

Les orientations budgétaires pour 2019 ont été présentées en conseil municipal lundi. Et elles épargnent, une nouvelle fois, le porte monnaie des Orléanais.

50 M€ seront consacrés aux investissements en 2019, un budget supérieur encore à celui de cette année.

UN SOUS EST UN SOUS - Ce n’est pas une surprise mais cela reste néanmoins une bonne nouvelle. Lors de la présentation des orientations budgétaires pour 2019, à la faveur du conseil municipal qui s’est tenu lundi 5 novembre, Michel Martin, adjoint en charge des finances, a annoncé que ce budget « sera élaboré à taux constant de fiscalité ». En d’autres termes, il n’y aura pas de hausse de la fiscalité locale en 2019. « Le taux de la taxe d’habitation est inchangé à 20,99%. Il est inférieur au taux moyen de taxe d’habitation des villes de la strate avec une politique volontariste d’abattement votée par Orléans. Cette politique représente une réduction du produit fiscal de 7,4M€ », a expliqué Michel Martin. « Aujourd’hui, on est en capacité de dire aux Orléanais que l’on ne va pas aller chercher dans leurs poches ce dont nous avons besoin pour nous développer. Depuis, 2001, on le fait », s’est félicité Olivier Carré, maire d’Orléans et président de la métropole. 

« Les besoins sont là et les projets matures », Michel Martin

Le budget présenté pour 2019 sera, toujours selon l’élu en charge des finances, un « budget de la maturité et de la transformation de la ville » avec, notamment 50 M€ consacrés aux investissements. « Les besoins sont là et les projets matures », a poursuivi Michel Martin rappelant que ces projets seront financés avec un recours limité à l’emprunt. « Fin 2019, compte tenu des remboursements de capital et des emprunts nouveaux à souscrire, la dette devrait s’établir autour de 105 M€ correspondant à un besoin de financement de 8 M€ qui respecte l’objectif contractualisé», a-t-il poursuivi. 

« Que va-t-il rester à la Ville à part les écoles ? », Corinne Leveleux-Teixeira

Ce budget 2019 est également marqué par le transfert de certains équipements culturels et sportifs à la métropole. Ainsi, le Zénith, le complexe du Baron (la patinoire), le Musée des Beaux-Arts, le Musée historique et la base de loisirs reviendront l’année prochaine dans le giron métropolitain à l’instar des quatre clubs sportifs professionnels : pour Orléans, le basket et le football, et pour Saran et Fleury-les-Aubrais, le handball masculin et féminin. « Que va-t-il rester à la Ville à part les écoles ? Quelle est la logique qui préside à ces transferts ? », a interrogé pour l’opposition socialiste, Corinne Leveleux-Teixeira. 

« Les musées nationaux doivent rejoindre la métropole, mais le débat reste ouvert », Olivier Carré

« On va faire un document pour expliquer ce qui a été transféré de notre collectivité et surtout pour montrer l’intérêt qu’il y a à le faire. (…) C’est un travail collectif que nous faisons pour servir les Orléanais. Les Orléanais comprennent que nous devons faire des économies de fonctionnement pour dépenser mieux et plus juste aussi », a répondu Michel Martin. « Tous les éléments de rayonnement, c’est à la métropole de les porter. On va au-delà des compétences techniques qui irriguent le territoire, on va jusqu’à la culture et le sport. Se pose la question alors du curseur. Les musées nationaux doivent rejoindre la métropole, mais le débat reste ouvert, cela se fera étape par étape », a ajouté le maire d’Orléans qui a annoncé qu’un débat sera ouvert très prochainement pour évoquer ce sujet central. 

A. G.