Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Février 2018, 22h09

Le maire (LR) de Montargis envisage un scénario catastrophe s'il y avait « une nouvelle brèche dans le canal » de Briare, dont les berges sont « mal entretenues » et donc fragilisées.

« Il n’y a plus aucune vie possible sur un tiers de la ville, ce qui représente 5.000 habitants.»

 

ONDE DE CHOC - Alors qu'une lente décrue a été annoncée par les autorités, le député-maire (Les Républicains) de Montargis, Jean-Pierre Door, lance sur les ondes de RTL «un appel d'urgence aux services d'État». Jusqu'à présent, Montargis est la première commune importante du Loiret à avoir été frappée par les inondations qui paralysent une partie de la France depuis deux jours. «Nous avons des hauteurs d’eau en ville qui dépassent 1,50 m. Toutes les maisons sont fermées, les commerces n’existent plus, les établissements publics sont fermés, le commissariat aussi. Il n’y a plus aucune vie possible sur un tiers de la ville, ce qui représente 5.000 habitants.»

Jean-Pierre Door explique aussi que les flux de la rivière Le Loing ont tapé sur les berges du canal de Briard passant à proximité. «Ils ont provoqué une brèche de 70 mètres dans le canal, transférant 600.000 mètres cubes d’eau d’un seul coup dans le Loing», explique le maire. Il poursuit au micro de RTL : « C’est cette vague qui nous a envahis à Montargis et qui continue de se déverser. » Pour lui, si le canal n'a pas tenu, c'est qu'il n'est «pas bien entretenu». Et les révélations inquiétantes du député ne s'arrêtent pas là.

D'autres communes menacées

En réalisant une vue aérienne par drone, la commune s'est rendu compte de la fragilité des berges à d'autres endroits, selon nos confrères. D'après Jean-Pierre Door, la situation pourrait donc encore s'aggraver. «S’il y a une nouvelle brèche, il y a aura un nouveau drame. Les communes en aval, vont se retrouver également à un niveau élevé d'eau. » Il a donc lancé un appel d'urgence aux services de l’État, afin qu'ils viennent voir l’état des berges et les risques encourus.

Crédit Image : GUILLAUME SOUVANT / AFP