Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 22 Septembre 2017, 01h04

TRIBUNE - Face au danger représenté par l'extrême droite pour les valeurs de la République et pour la liberté de la presse, apostrophe45 a sollicité un certain nombre d'élus locaux, militants et citoyens engagés pour qu'ils rédigent une tribune explicitant les raisons pour lesquelles, selon eux, il est impératif de faire barrage au Front national, lors du second tour de l'élection présidentielle, dimanche. Carole Canette, membre du bureau fédéral du Parti socialiste dans le Loiret, a répondu favorablement à l'invitation de la rédaction, en rédigeant cet appel personnel que nous vous livrons in extenso.

« Dimanche le seul bulletin de vote pour s’opposer au Front National, c’est le bulletin de vote Emmanuel Macron. Il n’était pas besoin de voir le débat entre les deux finalistes de l’élection Présidentielle pour me décider. Mais au lendemain de celui-ci, et devant des circonvolutions brandies comme des brevets de « bonne gauche »,  rien ne justifierait que je me taise. Alors que certains tergiversent, tortillent du nez, je veux appeler solennellement à la mobilisation sans faille : dimanche, les mains ne doivent pas trembler pour nous éviter le pire au prétexte que le vote Emmanuel Macron ne nous satisferait pas pleinement. 

L’adhésion ou non au programme d’Emmanuel Macron n’est pas la question. Le vote contre le FN doit être inconditionnel. Parce qu’il est question de libertés, parce qu’il est question de ne pas laisser libre court à la haine, parce qu’il est question de donner un signal clair à ceux qui déjà se lâchent et se répandent en propos racistes,  xénophobes et totalitaires dans les espaces publics qu’ils soient physiques ou numériques, et que chaque point de plus réalisé par la candidate de FN serait une sorte de laisser-passer donné à ces idées nauséabondes. 

«La République et ses libertés, c’est notre oxygène»

Il se trouve qu’Emmanuel Macron est en outre un humaniste, et que si tout ne me va pas dans son programme - loin s’en faut -, je n’ai en revanche pas d’inquiétude sur sa vision progressiste de la famille par exemple. Mais c’est presque un luxe. Ça n’est même pas ma question d’aujourd’hui. Dès le 8 mai, il sera question de désigner la représentation nationale. Il sera temps de dire alors ce qui nous va et ce qui ne nous va pas dans les réformes projetées Et je m’engagerai dans le débat avec mes valeurs de gauche. 

La gauche, de progrès, réformiste et généreuse, déterminée et responsable, oeuvrant pour l’égalité des chances, et la préservation de la planète, attentive aux  plus fragiles, c’est mon combat. Mais, la République et ses libertés, c’est, notre oxygène. Quels combats peut-on mener dans un environnement anoxié ? 

Un seul bulletin pour pouvoir respirer : Emmanuel Macron. »

Carole Canette