Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 17 Décembre 2017, 20h41

En marge de la visite du ministre, Soufiane Sankhon, adjoint en charge des Sports, a annoncé que l'Île Charlemagne, propriété de la ville d'Orléans depuis 1975, profiterait de nouveaux aménagements « qualitatifs ».  

Chaque année, quelque 250.000 personnes fréquentent la base de loisirs. 

TRAVAUX À VENIR - Chaleur étouffante sur l’île Charlemagne, ce lundi après-midi, à l’heure d’une visite ministérielle sur le thème de la réglementation en matière d’offre touristique et de loisirs. Costume bleu de circonstance, Benjamin Griveaux, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, arpente une partie de l’île aux côtés, notamment, de Soufiane Sankhon, adjoint au maire d’Orléans en charge du Sport et de la Jeunesse. Sans prêter une attention particulière au cortège ministérielle qui se déploie lentement en direction de l’acrobranche du Léo Parc Aventure, plusieurs centaines de plagistes profitent des plaisirs de la baignade et s’exposent aux ardeurs du soleil. 

« Le budget de ressources humaines annuel pour la Ville représente 400.000 euros »

Propriété de la vile d’Orléans depuis 1975, et transformé par la municipalité en base de loisirs à partir du milieu des années 80, le site est aujourd’hui fréquenté par quelque 250.000 personnes chaque année, avec des pics de 8.000 personnes certains jours estivaux. Sans compter les très nombreux clubs versés dans le nautisme qui ont adopté la base comme site d'entraînement à l'année. « Nous avons un site de 70 hectares avec dix agents sur place en permanence. Le budget de ressources humaines annuel pour la Ville représente 400.000 euros » détaille Soufiane Sankhon entre deux propos échangés avec Benjamin Griveaux. Cette année, coup de chance, pas de problème d’algues vertes. Depuis l’ouverture de la baignade début juillet, aucune restriction n’est venue gâcher le plaisir des baigneurs. « Aujourd’hui, il n’y pas d’intervention spécifique engagée. Ça s’auto-gère. En fonction de la chaleur, du nombre de jours de chaleur excessive et d’ensoleillement, des éléments que nous ne pouvons absolument pas maîtrisés », souligne l’élu orléanais. 

IMG_0208.JPG
Quelque 250.000 personnes fréquente la base de loisirs dans l'année. (Photo. apostrophe45)

Ce que la mairie peut en revanche très bien maîtriser, c’est évidemment l’aménagement du site. Or, d’ici un an ou deux, tout va être revu et corrigé, et en particulier les jeux destinés aux enfants. Avec comme source d’inspiration, ce qui se fait en Allemagne. « On va reprendre des éléments d’aménagement, avec le souci de valoriser du patrimoine », explique Soufiane Sankhon. « On va réaménager des jeux sur-mesure de standing pour enfants, avec le projet, par exemple, d’installer une fourmis géante en bois comme ça se fait dans les parcs allemands. On souhaite aussi aménager un spot beach qui pourrait avoir vocation à faire office de référence en France ». Le parcours de running, qui relie aujourd’hui les trois ponts orléanais via un éclairage au sol très apprécié des adeptes de la course à pied, trouvera également un prolongement sur l’île Charlemagne.

Une fréquentation grandissante

Bref, cette visite ministérielle a aussi permis de faire le point sur l’avenir d’un site qui connaît une fréquentation grandissante depuis plusieurs années, grâce notamment à des aménagements nouveaux et des offres de loisirs renouvelées. Et c’est bien dans cette perspective de renouvellement, tant en terme quantitatif que qualitatif, que l’exécutif municipal veut se positionner aujourd’hui.

A. G.