Le pure-player qui vous sort de votre quotidien

Le 19 Août 2017, 13h49

TRIBUNE - Alors que les parlementaires LR du Loiret, même de manière sibylline et sans trop de conviction parfois dans la voix ni d’arguments forts dans le propos, assurent rester encore fidèles à François Fillon, le président LR du Département, Hugues Saury, a publié une tribune, vendredi soir, dans laquelle il estime que François Fillon ne peut plus être le candidat de la droite et du centre et qu’un autre candidat doit « porter les valeurs et le programme qui fera gagner la France. » Sans jamais appeler ce dernier à quitter la course à la présidentielle, Hugues Saury fait le constat que le vainqueur de la primaire « a rompu unilatéralement le contrat qui le liait à ses électeurs de novembre » et qu’il n’est plus en mesure aujourd’hui de gagner une élection présidentielle pourtant promise à la droite. Reste donc cette question essentielle : les élus de la droite et du centre ont-ils la capacité, collectivement, d’imposer à François Fillon la décision de partir ou cette décision ne peut-elle être prise que par François Fillon lui-même ? C’est tout le sujet des débats depuis trois jours. Voici sa tribune. 

« Depuis trois semaines, la vie politique s'accélère à un rythme effréné. Chacun peut faire autour de lui le constat de l'incompréhension qui se mue progressivement en sourde réprobation. Je ne souhaite pas me placer sur le terrain de l'affaire Pénélope, ni même sur celui d'un candidat qui élevait  la probité et l'honnêteté en valeurs fondamentales et qui, en quelques jours, s'est renié plusieurs fois. Ce qui m'intéresse aujourd'hui, c'est de mesurer la capacité de ma famille politique à confirmer ce qui paraissait une évidence il y a peu : la victoire. 

« Du boulevard qui s'ouvrait devant nous, nous sommes passés à une impasse »

Du boulevard qui s'ouvrait devant nous, nous sommes passés à une impasse. Ce changement de l’opinion ne s’explique pas par une distance des électeurs avec le projet. Le seul sujet reste de savoir si François FILLON réunit les conditions requises pour mener le combat et le rendre victorieux. Manifestement non. Ce n'est pas le cas aujourd'hui et ce ne le sera pas demain.

François FILLON n'aurait pas gagné la primaire dans le contexte d'aujourd'hui et il a rompu unilatéralement le contrat qui le liait à ses électeurs de novembre.

 Après cinq années perdues pour la France, face aux graves menaces populistes, il m'apparaît de notre responsabilité collective et individuelle de dire stop. Il est grand temps de reprendre le combat des idées et de redonner ses chances à la droite et au centre. Je le regrette, mais c'est maintenant un autre candidat qu'il nous faut pour porter les valeurs et le programme qui fera gagner la France. »

Hugues SAURY, président du Département